Saint Ursmer

  

Aujourd'hui, Saint Ursmer est le patron des paroisses de Binche, Lobbes, Vellereille-lez-Brayeux, Athis et évidemment, Ormeignies, toutes situées dans le Hainaut belge. Mais, qui était-il de son vivant ?

Ursmer fut abbé de Lobbes et ses reliques reposent à présent dans la collégiale de Binche, ville qui lui consacre, comme notre village, une procession en avril.

C'est sous l'Empire romain (2ème-3ème siècles) qu'une première évangélisation de nos régions eut lieu. Après les invasions germaniques, puis la conversion de Clovis, une seconde évangélisation assura l'établissement définitif du christianisme (6ème-7ème siècles). On parle parfois pour cette époque de "siècle des saints". En effet, on ne compte pas moins de 80 saints ou saintes pendant l'époque mérovingienne sur le territoire de la Belgique actuelle. Parmi eux, citons St Amand, St Ghislain, St Vincent, Sainte Waudru, Sainte Gertrude ... et Saint Ursmer !

La tradition veut que dès avant sa naissance, des prodiges ont annoncé la prochaine venue au monde d'un être exceptionnel. Sa mère eut même la vision de la grandeur future de son fils. L'hagiographie populaire est coutumière de ce genre de merveilleux. Les nombreuses biographies de Saint Ursmer résistent mal à la critique historique et ne donnent d'ailleurs que peu d'éléments précis sur sa vie et son œuvre.

 

C'est donc vers le milieu du 7ème siècle (644 ?) qu'Ursmer naquit près d'Avesnes, à Fontenelle (anciennement Floyon). Un de ses biographes, G. Waulde, le décrit ainsi l'enfant "estoit très agréable à tout le monde, pour la facilité de son esprit et la candeur et intégrité de son âme, y jointe la forme parfaite de son corps doué d'une rare beauté. Il était en outre plein de vraye charité sans feinte et constant en espérance." Cette description, faite un millier d'années après la naissance d'Ursmer doit être évidemment appréhendée avec prudence et critique.

Saint Amand, dont le rôle fut si important dans la "seconde évangélisation" le consacre prêtre vers 670. Il entreprend alors une œuvre de missionnaire, convertissant, prêchant et fondant ci et là des monastères. Il aurait ainsi visité la Flandre, la Fagne et la Thiérarche.

Ursmer était sans doute déjà évêque et abbé lorsque le 26 août 697, il consacre l'église de Lobbes à l'emplacement de l'oratoire fondé par Saint Landelin en 654.

Ursmer devient premier abbé de l'abbaye de Lobbes, "à l'instance du Prince Pépin de Herestal, par l'entremise de sainct Hydulphe". L'abbaye royale de Lobbes était proche du palais des Estinnes, résidence de Pépin.

Ursmer resta à la tête de cette abbaye une quinzaine d'années. Il désigna comme son successeur son disciple Ermin et mourut en 713, probablement le 18 avril.

On édifia une nouvelle église pour servir de sépulture à Ursmer, autour de laquelle un culte populaire se développa. Des miracles lui furent attribués. La canonisation eut lieu le 26 mars 823. C'est de cette époque que date l'actuelle église Saint Ursmer de Lobbes qui est, par conséquent, la plus ancienne de Belgique, et qui contient toujours les sarcophages de Saint Ursmer et de Saint Ermin.

 

 

Les reliques furent transportées à Binche en 1409. On peut voir aujourd'hui, en la collégiale de Binche, le buste reliquaire de Saint Ursmer datant de la première moitié du 18ème siècle.

 

La fête de Saint Ursmer est célébrée le 18 avril.

 

Daniel LECLERCQ

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

 

G. WAULDE, La vie et miracles de St Ursmer, et d sept autres S.S. avec la chronique de Lobbes, Mons, 1628.

 

J. VOS, L'Eglise abbatiale de Lobbes, dans Annales du Cercle Archéologique de Mons, V, Mons, 1864

 

J. VOS, La Crypte de l'église de Saint-Ursmer à Lobbes, dans Annales du Cercle Archéologique de Mons, VI, Mons, 1865

 

J.VOS, Lobbes, son abbaye et son chapitre, Louvain, 1868.

 

C.-L. DECLEVES, Saint Ursmer, sa vie, ses compagnons, ses miracles et son culte, Braine-leComte, 1885

 

L. van der ESSEN, Le Siècle des saints, Bruxelles, 1942.

 

P. de STEXHE, La vie et le culte de Saint Ursmer suivant les hagiographies et la croyance populaire, dans Les cahiers binchois, n° 9, 1988

 

MILET, Les Reliques de Saint Ursmer à Binche, dans Bulletin d'information de la société d'Archéologie et des Amis du Musée de Binche, mars 1993.

 

A voir aussi, sur l'Internet :

 

The Miracles of Saint Ursmer
Acta Sanctorum, April 2, 570 - 575

Translated by Geoffrey G. Koziol

http://ishi.berkeley.edu/history155/ursmer.html